Intérim: les cadres s'y mettent - PAU francés 2004

>Exámenes selectividad francés Cataluña resueltos


Intérim: les cadres s'y mettent«Après une mission, certains de nos candidats me demandent de ne pas les rappeler avant six mois», raconte Olivier Gélis, directeur géneral de RHI (Robert Halp International) Intérim.
«Ils me disent: “Je vais faire un tour du monde en bateau” ou “Je projette d’améliorer mon handicap au golf ”». Inattendu! En France, le travail intérimaire – traditionnellement associé aux emplois non qualifiés – a longtemps gardé plutôt une mauvaise image, synonyme de précarité. Une réputation largement infondée en ce qui concerne les cols blancs*.
De développement récent, le travail temporaire pour les cadres nous vient du monde du travail anglo-saxon. La culture du contrat à durée indéterminée n’y est pas aussi solide que chez nous. «Lorsqu’on s’est lancé sur ce secteur des contrôleurs de gestion ou des directeurs financiers, où les exigences sont très fortes», raconte Olivier Gélis, «nous nous sommes posé la question: y aura-t-il des candidats? Nous avons reçu plus de 100 CV*».
C’est qu’il y a un marché manifestement en croissance. Sur un marché du travail temporaire en baisse de 5,4%, le nombre de cadres aurait augmenté de 15% entre 2001 et 2002. Un chiffre multiplié par sept depuis 1995!
Pour les demandeurs d’emploi, l’intérim cadres offre de véritables opportunités. Pour les 30-40 ans, c’est l’occasion de «changer d’orientation», comme le dit Vincent Gautier, directeur général adjoint de Page Interim. Les jeunes y voient un moyen d’enrichir leur CV*, une manière d’acquérir de l’expérience. Après un poste en CDI* qu’il a volontairement quitté et un contrat à durée déterminée, Éric, 30 ans, s’est aventuré dans le monde du travail temporaire. «On demande dans mon secteur des gens de plus en plus qualifiés. C’était la seule façon pour moi d’acquérir cette expérience».
Pour les seniors de plus de 45 ans qui ont du mal à retrouver un emploi, l’intérim peut même constituer une véritable planche de salut*. François, 53 ans, effectue pour RHI une mission d’analyste financier dans une grande banque. «Lorsque vous répondez à des annonces et que vous êtes mis en concurrence avec des plus jeunes, vous n’avez presque aucune possibilité», déplore cet ancien adjoint au directeur financier. «Avec ce statut, je suis jugé sur mes propres qualités, et je reste compétent. Grâce à l’intérim, je n’ai plus peur du chômage car je me sens plus apte à affronter l’épreuve».
Pour Olivier Gelis, de RHI, «les candidats à l’intérim doivent se poser la question: quelle est l’expérience que je peux apporter à une entreprise cliente en plus de mon titre ou de mes diplômes? Si c’est clair dans leur tête, ils peuvent, en venant nous voir le lundi, se retrouver en poste le vendredi».
D’après Le Nouvel Observateur, 20-26 novembre 2003
* intérim : remplacement, substitution provisoire
* cadre : personnel appartenant à la catégorie supérieure des employés d’une entreprise ou d’une administration
* col blanc : cadre ou employé de bureau ou de magasin (par opposition à « ouvrier » ou « travailleur manuel »)
* CV : curriculum vitae
* CDI : contrat à durée indéterminée
* planche de salut : ultime ressource, dernier moyen pour sortir d’une situation difficile ou pour résoudre un problème


RESPUESTAS

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Lisez le texte, puis cochez la bonne réponse.
1. Pourquoi, jusqu’à présent, l’intérim était-il plutôt mal considéré ?
a) Parce que tout le monde voulait avoir un contrat à durée indéterminée.
c) Parce que les postes de travail intérimaires pour cols blancs offraient toujours des situations précaires.
2. Est-ce que le monde du travail a les mêmes caractéristiques en France que dans les pays anglo-saxons ?
b) Oui, ce sont des situations comparables.
c) Non, en France il y a plus de postes de travail temporaire pour les cadres que dans les pays anglo-saxons.
3. Quand elle a commencé à chercher des cadres de gestion ou financiers, est-ce que l’entreprise d’Olivier Gélis pensait que son initiative aurait du succès ?
b) Non, ils se demandaient si les entreprises avaient besoin de cadres dans ce secteur.
c) Non, ils se demandaient si les candidats auraient des diplômes.
4. Est-ce que les tendances de croissance sont dernièrement les mêmes dans le travail intérimaire des cadres et dans le travail temporaire en général ?
a) Oui, il s’est produit une croissance dans les deux.
b) Non, le travail temporaire des cadres a diminué tandis que pour les autres catégories professionnelles le travail temporaire a augmenté.
5. Est-ce que, d’après le texte, la vision du travail intérimaire des cadres change selon l’âge des candidats ?
b) Non, tous ont recours au travail intérimaire parce que ça permet de s’arrêter de travailler quand on veut et avoir plus de temps libre.
c) Oui, les jeunes ont recours au travail intérimaire pour s’enrichir et les seniors parce qu’ils pensent qu’ils ne sont plus compétents.
6. Pourquoi Éric a-t-il accepté un travail intérimaire ?
a) Pour avoir du temps libre de temps en temps.
b) Parce qu’il a des difficultés à s’entendre avec ses chefs.
7. Quelle a été l’incidence de l’intérim sur la vie de François ?
a) Le travail intérimaire lui a permis d’être mis en concurrence avec les jeunes pour trouver un emploi.
b) Le travail intérimaire lui a permis d’acquérir de l’expérience.
8. Est-ce que, selon Olivier Gélis, la formation initiale est un facteur qui intervient pour trouver rapidement un poste de travail intérimaire ?
a) Non, ce qui compte, c’est seulement l’expérience.
b) Oui, mais les diplômes et les titres ne suffisent pas.
c) Oui, mais seulement pour les jeunes.

+EXÁMENES RESUELTOS

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...