Le Centre Pompidou à la conquete des villages - EOI francés B1

Le Centre Pompidou à la conquete des villages
Et le Centre Pompidou créa… le musée mobile. Mais cette structure nomade ne verra le jour que si les mécènes sont au rendez-vous. Concrètement, le patron de Beaubourg, Alain Seban, doit trouver 3 millions d'euros pour financer la construction de ce musée itinérant… destiné à "amener l'art dans les territoires mal irrigués par l’offre culturelle", comme il l'a annoncé lors de la présentation du projet à la presse, jeudi 5 novembre. Autrement dit, transporter Picasso ou Matisse dans les campagnes.
Pour la construction, M. Seban avance "la fin de 2010", .en observant que "2009 devrait être un record en termes de mécénat pour le Centre Pompidou". La présentation du musée mobile s'apparente davantage à une séance destinée à séduire des investisseurs. Et des futurs clients, qui auraient envie d'avoir des maîtres du XXe siècle chez eux… L'idée est d'installer le Centre Pompidou mobile durant un an dans une région, dans trois lieux différents. Les collectivités locales qui accueilleront la structure devront payer. "Chaque étape coûtera 300 000 euros", précise M.Seban…
Les premiers tableaux, dévoilés par la conservatrice Emma Lavigne, en charge de la première exposition, sont prometteurs.
Celle-ci sera dédiée à la "couleur", un thème assez large pour y mettre ce que l'on veut. Dans l'ordre des oeuvres citées : Nature morte au magnolia (1941) de Matisse, Femme en bleu (1901) de Picasso, La Gamme jaune (1907) de Kupka…
Comment assurer la sécurité des oeuvres, alors même que le lieu doit être suffisamment ouvert et attractif pour faire venir un public qui n'a pas l'habitude d'entrer dans un musée ? Patrick Bouchain a conçu l'objet dans l'esprit d'un chapiteau : une structure en bâche démontable.
La construction s'apparente à un jeu d'assemblage : des formes géométriques très colorées - violet, vert, orange - incarneront chacune un espace… M. Bouchain les appelle des "baldaquins" ou "baldacos", en hommage à ces tentures d'étoffe riche que fabriquait l'Irak, explique-t-il. Chaque zone sera plus ou moins sécurisée : "On peut imaginer que la Femme en bleu sera blindée, derrière une vitrine. Et que des installations de Buren, ou autres, permettront au public de toucher l'art.
"M. Bouchain, au début des années 1990, avait créé des "petites maisons foraines" alors que Jack Lang, ministre de la culture et de l'éducation, avait fait de l'art à l'école l'une de ses priorités.
L'extérieur du musée mobile sera très accrocheur, mais l'intérieur sera neutre pour laisser la place aux oeuvres. Et au spectacle. Des comédiens recrutés localement auront pour mission de "scénariser" le parcours afin d'aider les visiteurs à entrer en contact avec l'oeuvre. Les croquis de M. Bouchain sont prometteurs. Il n'y a plus qu'à attendre le feu vert pour la construction - et l'argent.
Le Centre Pompidou mobile fait partie des dix projets de la Commission pour la création artistique animée par Marin Karmitz (Le Monde du 11 septembre), dont une des missions est de toucher un public qui ne fréquente pas les lieux de culture.
Cette annonce est aussi un pas de plus dans la politique de délocalisation des oeuvres par les grands musées, dans le but, notamment, d'alimenter les caisses. Le Louvre, Orsay ou le Centre Pompidou ont dans un premier temps développé la location d'expositions à des musées riches, au Japon, en Australie ou aux Etats-Unis. Il y a eu ensuite la création de musées-bis, comme le Centre Pompidou à Metz (ouverture au printemps 2010) et le Louvre à Lens. Ou encore l'opération Louvre à Abou Dhabi. Voilà le mini-musée qui viendra frapper à la porte des gens, tel le camionboulangerie dans les villages.
On ne connaît pas encore la première destination du musée. Mais M. Bouchain s'est déjà fixé un objectif : "Etre à Marseille en septembre 2012", ville qui sera capitale culturelle de l'Europe en 2013. 
Clarisse Fabre
Source: Le Monde

COMPRÉHENSION ÉCRITE


Écrivez la lettre correspondant à la réponse correcte dans le tableau ci-dessous. La phrase 0 est un exemple.


0. L’idée de la création du musée mobile vient :
a) De l’État.
b) Du Centre Pompidou.
c) D’une association.

1. L’idée est de :
a) Mener l’art auprès des experts.
b) Rendre accessible l’art à un public peu habitué aux musées dans d’autres grandes villes.
c) Rendre accessible l’art dans les endroits où l’offre culturelle est peu importante.

2. Le musée mobile verra le jour :
a) À la fin 2010.
b) Avant 2010.
c) En 2012.

3. Sa présentation a pour but d’attirer surtout :
a) Les chômeurs.
b) Les experts en peinture.
c) Les investisseurs.

4. Il s’installera dans chaque région choisie :
a) Indéfiniment.
b) Pendant deux ans.
c) Pendant un an.

5. Le sujet de la première exposition sera :
a) La couleur.
b) Le Moyen Âge.
c) Les aquarelles.

6. Les tableaux :
a) Ne seront pas protégés par manque d’argent.
b) Ne seront pas protégés pour attirer plus de gens.
c) Seront protégés.

7. À l’intérieur du musée mobile, il y aura des mises en scènes :
a) De comédies connues en rapport avec la peinture.
b) De n’importe quelle pièce de théâtre.
c) Où les comédiens seront chargés de mettre en contact les oeuvres et les visiteurs.

8. La Commission a dix projets :
a) Parmi lesquels figure celui du Centre Pompidou.
b) Pour le Centre Pompidou.
c) Pour tous les musées du monde.

9. On délocalise :
a) Même si on perd de l’argent.
b) Pour gagner de l’argent.
c) Sans perdre d’argent.

10. Le nom de la première ville de destination du musée mobile est :
a) Inconnu.
b) Marseille.
c) Nantes.


CORRIGÉ

  1. C
  2. A
  3. C
  4. C
  5. A
  6. C
  7. C
  8. A
  9. B
  10. A

+EXÁMENES RESUELTOS

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...