Quand les seniors veulent travailler - PAU francés 2004

>Exámenes selectividad francés Cataluña resueltos


les seniors veulent travailler«Pas question de s’arrêter». Jean-Pierre Jouvain, 60 ans, était cadre* dans un groupe industriel. Licencié à 50 ans à la suite d’une fusion, il a cherché à réintégrer une entreprise. Mais les années 90 n’aiment guère les quinquagénaires. La crise fait rage, les salariés les plus âgés sont d’autant plus mal vus que, du fait de leur ancienneté, ils coûtent cher. Après diverses missions, faute de retrouver un contrat stable, l’ancien cadre expatrié se reconvertit dans l’équitation… À 50 ans, il passe tous ses examens équestres et devient guide de randonnée*. Aujourd’hui, il est le seul en France à proposer le tour complet de la baie du Mont Saint-Michel, soit plus de 70 kilomètres à cheval en deux jours. Sportif. Qui a dit que les sexagénaires étaient fatigués ?
Nombreux sont ceux qui, comme lui, continuent à travailler, ou même se reconvertissent passé le cap de la cinquantaine. «Je voulais améliorer ma situation et ne pas m’arrêter du jour au lendemain», explique Claude, 65 ans. Cet ingénieur à la retraite travaille aujourd’hui entre deux et quatre mois comme consultant. «C’est du travail à la carte, mais je pense que c’est l’avenir: je transmets un savoir-faire pointu* tout en profitant de la vie».
Pour ces «inoxydables», arrêter de travailler à 60 ans est un non-sens. Mais il est difficile de changer les mentalités. La France est de tous les pays d’Europe celui où les carrières* sont les plus courtes, du fait notamment de la systématisation des préretraites à 55 ans. L’âge moyen de départ à la retraite est de 57 ans. Mieux, la durée de la vie active a diminué de neuf ans en trente ans alors que l’espérance de vie a augmenté! Les syndicats s’accrochent à la retraite à 60 ans et les entreprises continuent de considérer les seniors comme des fardeaux. Dans l’inconscient collectif, les plus âgés sont aussi les moins productifs et les moins malléables.
Les seniors ne vaudraient donc rien? De l’autre côté de l’Atlantique, on vient pourtant de créer une société spécialisée qui n’emploie que des retraités. Certaines entreprises françaises commencent aussi à évoluer. Ainsi, Renault vient d’annoncer un plan d’action pour favoriser le maintien au travail des plus âgés, notamment en leur donnant un droit à la formation continue. Ils en bénéficient en effet deux fois moins que les jeunes. Reste toutefois la question qui fait peur: si les seniors restent au travail, ne faut-il pas craindre un conflit des générations? «Les seniors ne sont plus carriéristes*», assure Olivier Spire, PDG du groupe QuinCadres, spécialisé dans l’emploi des plus de 50 ans. «Ce qu’ils veulent, c’est la reconnaissance de leurs compétences ». Bref, qu’on les aime.
D’après Le Point, 3 octobre 2003
* cadre : employé appartenant à la catégorie supérieure des employés d’une entreprise ou d’une administration
* randonnée : promenade longue et ininterrompue, excursion
* pointu : d’une grande technicité, à la pointe de l’état actuel des connaissances dans un domaine précis
* carrière : la vie professionnelle envisagée dans sa durée et dans son évolution. Le mot s’emploie tout particulièrement pour les professions dans lesquelles il y a des possibilités de promotion ; par exemple, « la carrière d’un diplomate »
* carriériste : personne qui recherche avant tout la réussite sociale dans sa carrière sans avoir de scrupules

RESPUESTAS

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Lisez le texte, puis cochez la bonne réponse.
1. Est-ce que le processus de réadaptation au monde du travail a été le même pour Jean-Pierre et Claude ?
b) Oui, les deux ont suivi un cours de spécialisation.
c) Le texte ne permet pas de le dire.
2. Quelle est, selon Claude, sa principale contribution aux entreprises où il travaille ?
a) Son ancienneté dans la profession.
c) Sa disponibilité horaire.
3. Quels sont les défauts qu’on associe en général aux travailleurs les plus âgés ?
b) Qu’ils ne veulent pas mettre à jour leurs connaissances et qu’ils veulent travailler moins d’heures.
c) Qu’ils ont du mal à travailler sous les ordres de salariés plus jeunes et qu’ils sont autoritaires.
4. Pourquoi les seniors ont-ils plus de difficultés pour continuer à travailler en France que dans d’autres pays ?
a) Parce que les entreprises françaises licencient beaucoup plus de salariés âgés que dans d’autres pays.
b) Parce que les syndicats n’ont pas le moyen de donner leur opinion.
5. En quoi la vie des Français a-t-elle changé dans les trois dernières décennies ?
b) La durée de vie a augmenté et ils s’arrêtent aussi de travailler à un âge plus avancé.
c) Il n’y a pas de grandes différences par rapport à la situation d’il y a trente ans.
6. Pourquoi qualifie-t-on d’«inoxydables» les salariés les plus âgés dans le texte ?
a) Parce qu’ils sont sportifs et ils ont envie de profiter de leur temps.
b) Parce qu’ils ne sont pas malléables.
7. Est-ce que dans le texte on est particulièrement pessimiste sur l’avenir professionnel des seniors ?
b) Oui, parce que la situation ne semble pas s’améliorer.
c) Le texte ne permet pas de le dire.
8. D’après le texte, pourquoi est-ce que, selon Olivier Spire, le fait que les seniors restent au travail n’entraînera aucun problème avec les salariés les plus jeunes ?
a) Parce qu’on va créer des programmes de formation continue spécifiques pour les plus âgés.
b) Parce que les seniors sont compétents et expérimentés et les jeunes vont bénéficier de  leurs connaissances.

+EXÁMENES RESUELTOS

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...